A+ / A-

    Jérémie Barnay, un Chef au parcours très varié

    Natif de Saint-Etienne, Jérémie poursuit ses études au lycée hôtelier Le renouveau (42). Le BEP et Bac pro en poche, il débute sa carrière au sein du Club Med. Pendant plusieurs années, il enchaîne les villages et, gravit les échelons d’une brigade. « Au club Med, il m’arrivait de faire deux villages différents par an ».

    Ce goût pour le voyage, il va pouvoir l’assouvir encore davantage. Il embarque à 24 ans, comme second dans la brigade du Club Med 2. « Un magnifique bateau, de beaux souvenirs, mais beaucoup de travail pour assurer, quasiment non-stop, l’ensemble des repas au sein des deux restaurants gastronomiques ».

    Jérémie pose ensuite ses valises quelques saisons dans un important village du Club situé dans le sud de la France. Il en devient le chef à 25 ans. « C’était une grosse responsabilité de diriger 65 employés répartis sur cinq points de restauration! J’ai adoré mes expériences au Club mais j’avais envie de changer de style de vie».

    Jérémie fait plusieurs extras, pour des missions spécifiques, au sein du Vista Palace sous la conduite d’Olivier Streiff, « mes premières interventions dans la très haute gastronomie ». Pour des raisons familiales, il rejoint Paris et intègre Adecco Prestige où il va multiplier les postes d’intérim comme chef de partie ou second de cuisine dans des lieux très variés et prestigieux comme Matignon. « J’avais des missions assez courtes dans de beaux établissements et dans différents clubs de direction. Comme je devais travailler à chaque fois avec des installations différentes, des équipes toujours nouvelles, j’ai développé de fortes capacités d’adaptation. J’étais devenu une sorte de couteau suisse capable de prendre au pied levé une équipe et sortir, quoiqu’il se passe, un service de qualité ». Par la suite, Jérémine intègre, comme second, le Terrasse Hotel sous la conduite de Wilfried Hocquet, puis de Julien Roucheteau (MOF 2018). « Ce projet m’avait séduit, car il s’agissait de créer un tout nouveau restaurant avec l’appui des équipes conseil d’Alain Ducasse».
    Changement d’univers, Jérémie part pour une nouvelle aventure, la création des Boutiques Zodio. Ces magasins, consacrés aux accessoires et à la déco, proposaient de nombreux ateliers à leurs clients, notamment des cours de cuisine. Jérémie est recruté pour créer le cours de cuisine pour les particuliers et animer les nouvelles ouvertures de magasins. « Ce type de concept a été repris par la suite mais à l’époque c’était assez révolutionnaire.  J’étais très autonome avec une quasi carte blanche pour tout mettre en place, recruter les équipes…  Cela constitue ma première expérience en tant que formateur ».
    Ayant pris goût à la formation, il rentre en contact avec FERRANDI et, réussit le concours d’entrée. « Je pense que c’est ma polyvalence qui a fait la différence ». Il anime différentes formations pour adultes, notamment dans le cadre du mastère spécialisé (ingénierie de produits à l’interface cuisine-industrie). « Des formations techniques assez pointues (cuisine sous-vide, cryoconcentration…). Malgré tout, je ne suis pas un adepte à tous crins de la cuisine moléculaire. La technique doit être au service de la gastronomie, c’est un outil mais pas une fin en soi ». Jérémie intervient désormais avec les Bac pro, en particulier pour les travaux pratiques réalisés dans le cadre du restaurant d’application Le Premier. Il est aussi professeur référent des BTS. « J’ai des collègues qui s’occupent admirablement des jeunes débutants. Mon tempérament et mon goût pour l’enseignement s’adapte davantage aux étudiants qui ont déjà un peu de métier. C’est avec eux que je pense être le plus utile. J’aime leur apporter ce niveau de technicité qui leur permettra de franchir un palier dans leur jeune carrière ».
    Jérémie s’investit aussi lors des événements organisés ou auxquels participe l’école. « FERRANDI organise beaucoup de concours, intervient sur des salons et des évènements prestigieux. Par ailleurs, l’école édite des ouvrages culinaires reconnus dans la profession et qui connaissent des succès de librairie.  Je participe régulièrement à leur conception, ce sont des projets  agréables et gratifiants. Au global, nos élèves profitent de toutes ces occasions pour montrer leurs savoir-faire aux professionnels. Cela permet aussi aux professeurs de rester pleinement dans la haute gastronomie d’être en contact des grands chefs, de suivre de près les tendances. Un enseignant se doit d’être toujours en veille, en auto-formation permanente, c’est indispensable pour rester dans le coup ! » souligne-t-il.