A+ / A-

    Trajectoire d'anciens : Claire Sonnet, "Le plus beau métier du monde"

    >> English version

    Quoi de commun entre des études de psychologie et le service en salle ? A priori pas grand-chose et pourtant c'est bien pendant ses études de psycho, tout en travaillant en salle dans des restaurants pour gagner son argent de poche, que Claire Sonnet se découvre l'amour du service : "J’ai décidé de me réorienter après ma licence et de suivre une mise à niveau puis le bachelor management hôtelier et restauration".
    Aujourd'hui encore, elle garde le souvenir de jolis diners à thème et d'une belle complicité avec ses professeurs dont Dominique houé, Céline Nasution et Patrice Geins : "Ils nous ont vraiment accompagnés dans notre progression, y compris dans le choix des stages effectués," que ce soit au Yacht Club de France,  au Galvin at Windows de Londres puis au sein du groupe  Lezama à Madrid. Chaque année passée la conforte dans le choix pour lequel elle avait opté quelques années auparavant :  "On touche à l’humain et finalement c'est une autre façon d'exprimer son intérêt pour l'autre".

    Elle retient des années passées à FERRANDI Paris les valeurs d’équipe, de partage et de transmission, des valeurs qu'elle porte haut dans les différentes maisons au sein desquelles elle a travaillé à la sortie de FERRRANDI : d'abord au Plaza Athénée aux côtés de Denis Courtiade qu'elle considère "comme celui qui lui a tout appris", puis au Crillon lors de sa réouverture pour prendre la direction du restaurant l'Ecrin. Avant de rejoindre, en tant que Directrice de salle, sa maison actuelle, le prestigieux restaurant louis XV au sein de l'Hôtel de Paris à Monaco. 

    Ce qui la motive aujourd'hui au quotidien, "c’est l’humain, c’est de contribuer à l’épanouissement de mes collaborateurs et évidemment les rencontres avec des clients issus des quatre coins de la planète. Et puis il n'y a pas de routine dans nos métiers avec 100 couverts par jour au plus haut et une équipe de cinquante personnes dont 20 dédiées à la salle. Le rythme imposé demande des qualités d'endurance car c'est un métier très exigeant mentalement et physiquement. Mais occuper cette fonction est une fierté et un honneur", souligne-t-elle. 

    Son rêve un jour est d'ouvrir sa propre maison "mais si ça ne se fait pas, ce ne sera pas grave", affirme-t-elle car elle exerce "le plus beau métier du monde en tout cas l’un des plus beaux" en donnant du bonheur aux autres. "Il faut une ouverture d'esprit, du goût pour les autres, pour les produits pour bien faire ce métier", conclut-elle. 

    FERRANDI Paris :

    • En 3 mots : Partage, Ouverture d’esprit, Excellence
    • En plat : Un mélange d'une cuisine péruvienne et japonaise, en référence à une très belle rencontre avec Lucas Felzine
    • Qu’est-ce que vous souhaitez à FERRANDI Paris ? « Tout le meilleur pour les 100  ans qui viennent »