A+ / A-

    Jean Michel Robier, la combinaison réussie de l’exigence et de la bienveillance

    Originaire de Lyon, Jean-Michel a été intéressé assez jeune par le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. « Mes parents étaient plutôt satisfaits de mon choix car le secteur connaissait déjà à l’époque le plein emploi.  Cependant, lorsque j’ai commencé mes études en lycée hôtelier, je ne savais pas réellement, si je voulais faire de la cuisine, du service ou de l’hébergement». Intégré au sein de l’école réputée de Thonon les Bains, Jean-Michel décroche un BTH et un BTS option cuisine. 

    Il commence par deux courtes expériences dans des restaurants lyonnais puis travaille pour le groupe agroalimentaire Bongrain, en tant que commercial sur les salons professionnels. Il part une année, comme barman, en Angleterre, afin d’améliorer son anglais, sésame indispensable dans l’hôtellerie. De retour en France, il enchaîne les postes dont celui de maitre d’hôtel  à l’hôtel Pullman Paris-Orly. 

    Par la suite, il rentre au sein du groupe Taittinger comme responsable adjoint de la brasserie de l’Hôtel du Louvre.

    Cinq ans après, il devient directeur de restaurant au Concorde Saint-Lazare puis directeur de la restauration. « Au sein du groupe Taittinger, j’ai pris des postes de plus en plus à responsabilité. Ainsi, au Concorde Saint-Lazare, je manageais les équipes des trois points de vente restauration  de l’hôtel ». Jean-Michel devient sous-directeur à l’hôtel Mont-Royal de Chantilly. « C’est dans ce magnifique établissement que j’ai appris à manager la partie hébergement et accédé à la direction d’un hôtel ». Enfin, il intègre le Concorde Montparnasse comme directeur d’exploitation : un poste à challenge dans une structure aussi importante de 350 chambres. 

    La cession du groupe Taittinger à un fonds de pension marque un changement important pour Jean-Michel. « Cela faisait 25 ans que je vivais pour ce métier. J’ai eu envie de changer de quotidien ». En 2008, après quelques mois de réflexion, il tente l’expérience de l’enseignement et intègre FERRANDI Paris pour s’occuper des BTS. « Tout au long de ma carrière, j’avais souvent formé les nouveaux recrutés. En tant que manager, j’aimais bien faire évoluer mes collaborateurs. L’enseignement était pour moi, une continuité dans cette transmission de l’expérience ».  Depuis quatre ans, il a, en particulier, la charge des Mises à Niveau (MAN),  comme professeur référent. « La MAN est une formation pour des jeunes post-bac en reconversion dans l’hôtellerie restauration. Ils font de la cuisine, du service en salle et de l’hébergement. J’ai, moi-même, fait ces trois métiers différents, je peux donc facilement les aiguiller en fonction de leurs envies pour la suite de leurs études. Après une MAN, ils ont vocation à rejoindre un BTS. ». 

    Jean-Michel est très bienveillant et à l’écoute de ses étudiants. « J’ai toujours géré mes groupes d’élèves un peu comme je gérais mes collaborateurs, avec de l’exigence mais du respect. J’ai, toutefois, plus de patience et de disponibilité en tant qu’enseignant que comme manager. Car, on ne peut pas demander la même chose à un jeune débutant qu’à une personne confirmée ». 

    Ce qui le rend le plus heureux dans son quotidien ? « C’est de voir mes élèves évoluer. Ils  apprennent rapidement les codes du secteur et se transforment professionnellement mais aussi humainement ». « Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration offre pour ceux qui s’impliquent de réelles chances d’évolution et constitue toujours un formidable ascenseur social »  se réjouit-il.