A+ / A-

    Les apprentis en CAP Connexe Chocolatier Confiseur exposent leurs premières pièces artistiques !

    -
    -

    Créée il y a à peine trois mois, à FERRANDI Paris – Campus de Saint-Gratien, la toute nouvelle formation CAP Connexe Chocolatier Confiseur, connaît déjà un franc succès, si l’on en croit les commentaires élogieux que suscitent les superbes pièces artistiques, réalisées par nos jeunes artisans chocolatiers et exposées dans le hall d’entrée de notre école. Comment ont-ils pu développer une telle créativité en aussi peu de temps ? Retour sur les secrets d’une réussite, façon coup d’œil gourmand.

    « Leur montrer les perspectives du métier »

    A l’origine de cette idée, Cédric LARTIGUE, formateur en pâtisserie et chocolaterie, sur le campus de Saint-Gratien, en charge de cette nouvelle formation : «  Mon objectif, est de les sensibiliser dès le début, à l’aspect  artistique du métier de chocolatier», explique-t-il, « pourtant, ce n’est pas de leur niveau, c’est-à-dire que ce n’est pas en CAP que l’on réalise des pièces artistiques, il faut attendre d’être en Brevet de Maîtrise pour cela, mais je veux les inciter à avoir une démarche créative dès le début », ajoute-t-il, « et surtout à envisager dès à présent les multiples perspectives et opportunités, offertes par le métier de chocolatier ». La richesse créative et innovante du métier ? Une conviction qui s’est forgée au fil des ans, chez notre formateur et qui s’est confirmée lors du stage qu’il a suivi chez Stéphane LEROUX, MOF chocolatier-confiseur 2004, spécialisé dans la réalisation des pièces artistiques : « ces créations sont très demandées dans l’événementiel, qu’il soit de type familial ou professionnel, c’est un aspect du métier qui n’est pas négligeable, parce qu’il élargit considérablement notre offre et notre clientèle », précise-t-il. Des pièces artistiques dont il s’est inspiré pour initier ses apprentis à cet art gourmand : « Je réalisais la pièce moi-même en démonstration, ce qui leur permettait ensuite de recopier les gestes, en suivant pas-à-pas mes instructions », nous rapporte-t-il, « c’était la meilleure façon pour moi de transmettre les techniques, de leur apprendre le tour de main nécessaire à une bonne réalisation et surtout de leur montrer les diverses manières d’utiliser le chocolat ».

    « J’ai pris tout le savoir »

    Un savoir-faire professionnel transmis avec passion et qui n’a pas manqué d’enthousiasmer nos jeunes apprentis chocolatiers : «J’ai pris tout le savoir : les gestes techniques, les mots professionnels, tout ce que l’on ne fera pas tout de suite dans nos entreprises », nous rapporte Emma, «j’envoie des photos et des vidéos à mon maître d’apprentissage qui me demande de refaire pareil lorsque je suis chez lui ! », ajoute-t-elle en riant. « Ce qui est intéressant, surtout, c’est que l’on voit et réalise tout de A à Z », précise Lucille, « on travaille en binôme, on échange, on est dans notre bulle en essayant de rester concentrées, parce que le chocolat est un produit particulier qui demande beaucoup d’attention », détaille-t-elle. «Quand on a fini et que l’on voit le résultat… on a comme des étoiles dans les yeux ! », reprend Emma et de conclure : « on a vraiment de la chance d’être dans cette école ! ».

    Une chance ? C’est ce que représente sans aucun doute, pour nos jeunes futurs artisans, ce programme très professionnalisant, en passe de devenir l’une des pépites de notre offre de formation.