A+ / A-

    FERRANDI Paris, campus de Saint-Gratien, participe à l'opération "Cuisines solidaires- la relève"

    -
    -

    Pour sa 9e année consécutive, « La Tablée des Chefs » a mis en place, du 14 au 25 mars 2022, l’opération « Cuisines Solidaires – La Relève », une action caritative en faveur de l’aide alimentaire, à laquelle s’est associé FERRANDI Paris, en mobilisant ses équipes de Saint-Gratien.

    Une marraine hors pair

    Jeune cheffe étoilée du restaurant « Le Faham » (Paris 17e), ex-candidate de Top Chef (saison 8), Kelly RANGAMA, la marraine de cette année, est aussi une ancienne étudiante de FERRANDI Paris. Le fait qu’elle ait suivi sa formation chez nous, donne une saveur particulière à cette 9e édition, car ces valeurs humaines, auxquelles elle a été sensibilisée durant ses études et dès son début de carrière, sont aussi celles qu’elle souhaite transmettre, à son tour, aux futurs professionnels des écoles hôtelières : « Mon rôle, en tant que marraine, est de les encourager à une démarche solidaire et de partage », explique-t-elle,  « ce sont des valeurs qui font partie de nos métiers de bouche ».

    La chaîne du cœur

    Des valeurs qui sont celles défendues par de nombreux chefs engagés et qui sont à l’origine de la création de « La Tablée des Chefs », cette association, soutenue par METRO et parrainée par Guillaume GOMEZ, représentant personnel du Président de la République pour la Gastronomie et l’Alimentation. Le défi à relever ? Celui de faire participer, sur une même période, 70 écoles hôtelières, réparties sur les 13 régions métropolitaines, à la réalisation de 14 000 repas, distribués aux bénéficiaires de l’aide alimentaire, par le biais d’organisations caritatives. A FERRANDI Paris -Campus de Saint-Gratien, c’est l’association « Rêvons Ultras Grand » qui a recueilli, pour une redistribution locale, les 100 repas réalisés par nos apprentis. Au total, ce sont donc 100 cassolettes de « riz pilaf aux légumes glacés » qui ont été confectionnées par nos apprentis en BAC PRO Cuisine et tout autant de barquettes de « semoule au lait aux pommes rôties », préparées par nos CAP Pâtissier, le tout dans une démarche écoresponsable : « Les marchandises qui nous ont été livrées ont toutes été utilisées et le produit a été cuisiné dans son entier, pour apprendre à nos jeunes apprentis à le respecter, dans une optique de lutte contre le gaspillage », précise Frédéric RENAUDIN, formateur de cuisine sur le campus de Saint-Gratien. Une cuisine durable, qui a trouvé son prolongement en TP, où notre formateur a appris à ses apprentis à confectionner une soupe avec les parures de légumes récupérées lors de cette opération et qui va de pair avec une sensibilisation à la lutte contre la précarité : « Il nous semble indispensable que les futurs professionnels de la restauration que nous formons, prennent conscience du problème de l’insécurité alimentaire », rappelle Céline TERRIEN, formatrice de pâtisserie, également sur le campus de Saint-Gratien, « c’est notre rôle d’enseignants ».

    Un pari gagnant-gagnant

    Un rôle que cette action à la fois solidaire et écoresponsable, nous a permis de concrétiser car, comme aime à le rappeler Vincent BRASSART, Président de « La Tablée des Chefs », venu à la rencontre de nos 2 classes participantes, « l’environnement sans le social ne peut pas fonctionner ». C’est d’autant plus vrai que dans cette assertion et dans ce contexte, le mot « social » recouvre à la fois l’aide apportée aux plus démunis et la formation de ceux qui s’impliquent dans sa distribution : « On a cuisiné pour des personnes qui sont dans le besoin », témoigne Julien, « on est contents de penser que l’on a aidé les gens, grâce à ce que nous savons faire, grâce à ce que nous avons appris ». Sans compter que cette opération a permis à nos jeunes futurs professionnels d’acquérir de nouvelles compétences, en travaillant autrement : « Que ce soit à l’école ou dans notre restaurant d’accueil, on n’a pas l’habitude de produire en aussi grande quantité », explique Bastien, « alors pour être efficaces, on a formé une chaîne, de l’épluchage des légumes jusqu’au conditionnement en barquettes, c’est un peu comme si on était en restauration collective, où chaque maillon a son importance et son rôle ! », ajoute-t-il.
    Le bilan de cette opération pour nos apprentis ? Le plaisir et la fierté d’avoir participé à une bonne action, la prise de conscience de leur responsabilité en tant qu’acteurs dans ce secteur d’activité et la découverte des techniques spécifiques liées à la restauration collective. Une belle aventure humaine et professionnelle, en somme…