A+ / A-

    FERRANDI Paris, campus de Saint-Gratien à la semaine des écoles hôtelières

    8e édition de la Tablée des Chefs
    8e édition de la Tablée des Chefs

    Pour la 8e année consécutive, « La Tablée des Chefs » a mis en place, du 15 au 26 mars 2021, la Semaine des Ecoles Hôtelières, une action caritative en faveur de l’aide alimentaire, à laquelle s’est associé FERRANDI Paris, en mobilisant ses équipes de Jouy-en-Josas et de Saint-Gratien.

    La chaîne du cœur

    Parrainée par Julia SEDEFDJIAN, plus jeune Cheffe étoilée au guide Michelin et soutenue par METRO, généreux fournisseur de la marchandise nécessaire à la réalisation des repas, cette opération, sur le Campus de Saint-Gratien, s’est déroulée, à la fois en cuisine et en laboratoire pâtisserie, avec une classe de CAP 2e année, encadrée par Frédéric RENAUDIN, leur formateur. Le défi à relever pour La Tablée des Chefs ? Celui de faire participer 56 écoles hôtelières, réparties sur les 13 régions métropolitaines, à la réalisation de 20 000 repas, destinés aux bénéficiaires de l’aide alimentaire. Sur le campus de Saint-Gratien, ce sont 120 cassolettes de riz pilaf aux lentilles et légumes  et tout autant de crumbles aux pommes, qui ont été préparés et conditionnés par nos apprentis cuisiniers : « Quand on a reçu la marchandise, on a dû peser chaque ingrédient et diviser ensuite par le nombre de barquettes salées et sucrées que nous devions réaliser », explique Joris, « parce qu’il fallait que toutes les portions soient égales ». Préparer des repas en très grand nombre, cela suppose aussi de travailler autrement : « Que ce soit à l’école quand on est en TP ou dans notre restaurant, on n’a pas l’habitude de travailler des matières premières en aussi grande quantité », nous rapporte Victoria, « alors on a organisé une chaîne : certains étaient à l’épluchage et au taillage, d’autres à la production et d’autres encore remplissaient, conditionnaient et étiquetaient les barquettes en fin de chaîne». Tout en chargeant les 240 plats réalisés sur les charriots, pour faciliter le travail de récupération de l’association d’aide alimentaire « Rêvons Ultras Grand », Naïm ajoute : « C’est un peu comme si nous étions en restauration collective, où tout le monde fait la même chose et où l’on voit l’aboutissement d’un travail d’équipe ». 

    « Etre solidaire et écoresponsable »

    Efficacité du travail en équipe, coordination d’un bout à l’autre de la chaîne, mais aussi sensibilisation au geste social et solidaire, par l’implication de  nos jeunes apprentis dans une action concrète : « On a cuisiné pour des personnes qui sont dans le besoin », nous dit Shirvan, « on est contents de penser que l’on a aidé les gens, grâce à ce que nous savons faire, grâce à ce que nous avons appris ». Un sentiment de partage que n’ont pas manqué de souligner les formateurs impliqués dans cette action : « Il nous semble indispensable que les futurs professionnels de la restauration que nous formons, prennent conscience du problème de l’insécurité alimentaire », précisent-ils. Une prise de conscience qui va de pair avec la lutte contre le gaspillage : « les denrées qui nous ont été livrées ont toutes été utilisées et le produit a été cuisiné dans son entier, pour apprendre à nos jeunes apprentis le respect du produit, dans une démarche à la fois solidaire et écoresponsable  », explique Frédéric RENAUDIN.
    Défi relevé et pari réussi, donc, pour nos jeunes cuisiniers, qui gardent de cette expérience, le plaisir d’avoir participé à une bonne action et le sentiment d’avoir contribué à l’engagement des chefs, en tant que futurs professionnels de la restauration.