A+ / A-

    Trajectoire d'anciens : Ophélie Barès, l’énergie permanente

    >> English version

    Passionnée par la photographie et les arts de la table dès son plus jeune âge, c’est l’un de ses oncles qui lui donne l’idée de réunir ses deux passions.  Ophélie Barès échange avec des photographes professionnels et se rend compte que la plupart connaissent peu les produits qu’ils shootent : “ça m’a un peu dérangé” souligne-t-elle. Elle décide de s’inscrire à FERRANDI Paris en pensant y passer une ou deux années pour ensuite s’orienter vers la photographie. « Mais le métier m’a happée et je suis restée” s’amuse-t-elle.

    Elle garde un très bon souvenir de ses professeurs : “ Il y a une vraie fidélité et un enseignement  super qui a été au-delà de mes attentes”. Elle a notamment gardé en mémoire une phrase qui l’a beaucoup marquée : « la pâtisserie ça mène à tout ». Elle fait son stage parallèlement dans un établissement prestigieux : “Je voulais intégrer l’hôtel Meurice et je n’avais pas trop laissé le choix à mes professeurs. La renommée de FERRANDI a évidemment facilité mon intégration au sein du palace ce dont j’étais très heureuse”. Elle y est embauchée ensuite en tant que commis et y reste deux ans.

    “Je voulais travailler dans le luxe, je recherchais un haut niveau d’exigence”. Elle enchaîne les palaces pendant 10 ans : l’hôtel Ritz, l’ouverture du Shangri-La, celle du Cheval Blanc à Courchevel de Yannick Alléno, puis elle rejoint l’Auberge du jeu de Paume à Chantilly où elle occupe le poste de chef pâtissier et cumule les reconnaissances prestigieuses puisque le restaurant obtient  deux étoiles au Guide Michelin en 2014 : “j’avais la chance d’avoir une équipe sur qui je pouvais compter et qui était très enthousiaste”. 
    La même année, elle participe au concours « Qui sera le prochain grand pâtissier? » qu’elle remporte. Année décidément fructueuse car elle est également élue chef pâtissier de l’année par le magazine “Le Chef”. 
    Parisienne de cœur, elle quitte Chantilly pour revenir à « Paname » et crée Nuage(s), sa société de conseil.

    En parallèle, elle passe « côté boutique » : “j'avais envie de voir ce qu’il se passait en dehors de la restauration”, et intègre l’équipe de Christophe Michalak en tant que chef exécutif. 
    Très active et fourmillant d’idées et de projets,  elle envisage dans un premier temps d’ouvrir une boutique à Paris et de partir ensuite s’installer aux Etats-Unis. En attendant la concrétisation de ces projets, elle s’est inscrite au concours des MOF, « pour le challenge personnel que cela représente » déclare-t-elle avec gourmandise. 

    Ce qui lui donne son énergie aujourd’hui ? Le partage et la transmission de l’excellence avec ses équipes”.