A+ / A-

    Noémie Lacombe

    Date de publication - 03/04/2020

    C’est lors de son stage de 3ème à la Grande Épicerie du Bon Marché  à Paris que Noémie Lacombre se découvre un goût pour le service. Constatant sa motivation, son maître de stage, M. Massé, (à l’époque directeur de la restauration), lui conseille de s’inscrire à FERRANDI Paris : “il disait que c’était une super école”.Elle suit sa recommandation et intègre le Bachelor management hôtelier et restauration puis le Master of science Hotel Management.

    “J’ai adoré toutes mes années là-bas, l’encadrement, la qualité et l’accompagnement des professeurs” souligne Noémie. Elle insiste également sur l’aspect très opérationnel du Bachelor : “On a des cours théoriques mais également des enseignements techniques, on a donc aucun problème pour s’insérer dans le milieu professionnel lors des stages que l’on effectue chaque année”. Le dernier, dans le cadre  du cursus bachelor, est effectué au sein de l’InterContinental Paris le Grand,

    Elle décide de poursuivre en intégrant le Master of Science Hotel management qui destine ses diplômés, à terme, à des fonctions de General managers d’hôtels : “Je voulais me construire un profil hôtelier avec une approche très managériale.
    à proximité de l’opéra Garnier. 

    En Master, on est davantage axé sur des enseignements académiques tout en bénéficiant de l’apport de professionnels de très haut niveau. C’est un complément et quand on a envie d’aller un peu plus loin, c’est vraiment intéressant”. Pour sa dernière année elle réalise son stage au Mariott Rive Gauche qui lui propose de la recruter. 

    Cela fait désormais plusieurs mois qu’elle y travaille en tant que coordinatrice événementiel. “Dans le détail, tout le métier en lui même est passionnant”. La responsabilité qu’elle a envers ses clients et ses responsables la motive. Elle apprécie le fait qu’ils comptent sur elle : “c’est un métier dans lequel la qualité de service est essentielle”. 

    De son passage à FERRANDI Paris, elle en retient les valeurs d’intégrité et du goût du travail en équipe. 
    Elle se souvient de son dernier jour à l’école, qu’elle a passé à cuisiner toute une journée avec sa classe : “j’ai trouvé que c’était vraiment une belle finalité de pouvoir avoir un dernier cours de cuisine avec un super chef. Ça collait bien avec tout ce qu’on avait pu avoir jusqu’ici, le fait qu’on soit proche des professeurs, le fait de pouvoir cuisiner et de pouvoir partir avec tout ça en poche”.

    Elle conseille aux élèves qui veulent suivre la même formation de s’accrocher à ce qu’ils aiment et de ne jamais baisser les bras: “parce que la finalité est top derrière” se réjouit-elle.