A+ / A-

    Trajectoire d'anciens : Alyssa Williams, une leader née

    >> English version

    "C'est dans la cuisine que je me suis toujours senti le plus à l'aise." Alyssa a grandi dans un foyer dont la mère avait une passion pour la nourriture et l'alimentation de ses proches ; cette passion lui a été transmise. 

    "J'ai failli aller à l'école culinaire dès la fin du lycée, mais j'ai décidé qu'il me fallait un diplôme." Elle a fréquenté l'université A&M du Texas, où elle a étudié les sciences biomédicales dans l'espoir de faire une école de médecine. Cependant, malgré ses excellents résultats scolaires, elle n'avait pas la passion du domaine médical et s'est retrouvée à se poser des questions sur sa prochaine démarche. Sa réponse lui est venue en cuisinant pour un dîner de Pâques : "J'étais en train de passer des champignons farcis quand j'ai regardé autour de ma cuisine toute ma misère et j'ai réalisé que c'est ce que j'aimais vraiment. C'était ce que je voulais faire". Cette réalisation a été le catalyseur de sa recherche de l'école parfaite.

    Elle a découvert Ferrandi en lisant la biographie de son ancien élève Lachlan Patterson - le plus jeune chef de l'époque à recevoir le prix James Beard. "Dès que j'ai trouvé FERRANDi Paris et son programme international, j'ai su que c'était l'endroit où je devais étudier." À cette époque, elle avait fait la connaissance du chef Bruno Davaillon, originaire de la Loire et chef exécutif de l'un des plus prestigieux restaurants de Dallas, lors d'un événement caritatif. "J'étais tellement nerveuse de lui parler et j'hésitais à l'approcher, alors ma sœur qui était avec moi m'a littéralement poussée dans sa direction. J'ai fini par trébucher et je me suis accidentellement accroché à sa veste de chef. Il s'est retourné et je me suis mis à parler de Ferrandi et à avoir besoin de conseils. Nous avons fini par parler pendant plus d'une heure, ce qui l'a amené à écrire ma lettre de recommandation en français".

    Alyssa a vécu une expérience extraordinaire dans le cadre du programme international, se faisant des souvenirs et nouant des relations étroites - en particulier avec son professeur Sébastien. "Ferrandi vous apprend la bonne façon de travailler dans une cuisine. Il vous apprend les raisons pour lesquelles vous travaillez d'une certaine manière et comment exécuter correctement. Je me souviens que Sébastien nous a appris à respecter notre produit et notre équipement.
    Même maintenant, quand les choses sont difficiles pour moi, je peux encore entendre sa voix qui me dit de ne jamais abandonner et de continuer". Elle se souvient aussi avec émotion de son stage à Septime et de tout ce qu'elle a appris de son chef de partie Céline Pham. "Pendant que j'étais là-bas, elle a obtenu sa première étoile au Michelin - c'était tellement excitant." 

    Après avoir obtenu son diplôme, Alyssa est retournée à Dallas et est allée directement voir Bruno. Il lui a donné un poste de cuisinière à la chaîne au Rosewood Mansion de Turtle Creek. Elle y a excellé pendant trois ans, terminant comme chef de partie et tournante. De là, elle s'est installée à New York, où elle a occupé un poste de cuisinière à la chaîne The Modern, un restaurant deux étoiles au Michelin. Au bout de dix mois, elle a décidé de postuler pour un poste de sous-chef à Intersect by Lexus - un restaurant à chef tournant. 
    À son retour à Dallas, elle a commencé à travailler pour Harwood International, tout en faisant du travail de chef privé dans tout Dallas. Elle s'oriente vers une carrière indépendante de restauratrice, possédant et gérant ses propres concepts tout en collaborant avec ses chefs. "Je veux devenir le Danny Meyer du Sud". Elle sait déjà comment elle veut que ses cuisines fonctionnent. "Je veux voir de la passion, de l'intégrité et du respect dans tous mes restaurants." 
    À la question de la difficulté d'être une femme dans le monde culinaire, elle a répondu : "Je ne pense pas qu'il soit plus difficile d'être une femme. Je pense que c'est une force, cela apporte de l'équilibre dans la cuisine. Une fois que vous êtes en service, le sexe n'a plus d'importance - c'est l'équipe qui compte". En ce qui concerne ses motivations, elle a répondu : "Je suis un leader naturel et j'apprécie la hâte de pouvoir soutenir mon personnel et de faire plaisir à mes invités". 
    Son dernier conseil aux futurs culinaires : "C'est un travail et une industrie difficiles ; vous devez les aimer de tout votre cœur et de toute votre âme. Il y aura des jours où vous détesterez ce que vous faites, même si vous l'aimez. Ce travail est vraiment une affaire de sang, de sueur et de larmes, mais n'abandonnez jamais ! Ne vous blâmez pas pour une erreur ou un mauvais service. Tirez les leçons de ces exemples et passez à autre chose, car si vous en tirez les leçons, ce n'est pas une erreur". 


    FERRANDI Paris en 3 mots ...

    -  "Précision, intégrité, adaptabilité" 
     

    Si FERRANDI Paris était un plat ? 

    -" Un poulet poché à l’huile d’olive accompagné de sa vinaigrette et de ses petits artichauts « un classique qui nécessite une technique culinaire éprouvée"