A+ / A-

    Trajectoire d'anciens : Nina Métayer, une femme libre et passionnée

    >> English version

    Le destin de Nina Métayer s’est joué pour partie lors d’un voyage au Mexique effectué après la  seconde : “J’ai eu un coup de foudre pour ce pays et je voulais y habiter en y apportant un savoir - faire français à travers la boulangerie”. Elle décide de se former lors de son retour en France et suit un CAP boulangerie à La Rochelle où elle se découvre un amour pour le pain. Son plan de vie de départ, à savoir monter une usine de viennoiserie au Mexique, évolue peu à peu avec son voyage en Australie où elle découvre la pâtisserie. Une fois rentrée, elle décide de rejoindre FERRANDI Paris, école qui avait attiré son attention depuis un moment : “pour moi, c’était la meilleure, elle m’a toujours fascinée. J’entrais dans le grand monde, dans celui des chefs”. Elle conserve plein de bons souvenirs avec de belles rencontres avec les enseignants et les étudiants dont certains sont devenus ses “meilleures amis du métier”. 
    A la suite de l’obtention de son diplôme, elle intègre le Meurice en tant que commis, puis évolue en chef de patrie : “c’est là que tout a commencé, j’ai découvert la pâtisserie des plus grands établissements”. Elle rejoint ensuite l’hôtel Raphaël pour devenir chef de partie création sucrée, puis chef pâtissier auprès d’Amandine Chaignot. En 2015, elle décide de travailler, en tant que chef pâtissier, auprès de Jean-François Piège à l’occasion de l’ouverture de son restaurant gastronomique « Le Grand Restaurant », rapidement récompensé par deux étoiles Michelin. Deux ans plus tard, Nina rejoint une nouvelle maison, le Café Pouchkine dont elle devient le chef création sucrée.
    Depuis 2019, elle est à son compte et possède une entreprise de conseil, apportant ainsi son expertise pour le lancement d’établissements à l’international. En parallèle, elle s'entraîne pour le concours du Meilleur Ouvrier de France. Chaque jour, elle met en application la rigueur et le savoir - faire que ses professeurs lui ont transmis. Nina revient d’ailleurs souvent dans son ancienne école, que ce soit pour être jury d’un concours, intervenir devant une classe ou juste partager un moment avec ses anciens professeurs.

    Elle confie aux futures étudiantes : “Ce ne sera pas toujours évident de trouver votre place en tant que femme. Mais travailler plus dur vous rendra aussi meilleure », sourit-elle. 
    Elle a aimé chaque étape du chemin qu’elle a parcouru et recommande à tous de suivre leur voie comme ils l’entendent : “J’ai fait mon propre parcours en fonction de mes instincts. Et encore aujourd’hui ce qui me rend heureuse c’est de savoir pourquoi je travaille, et d’être libre de pouvoir choisir ce que je fais. Il y a des contraintes certes mais travailler en cohérence avec ses convictions est un luxe qui mérite qu’on se batte”.

    FERRANDI Paris :

    • En 3 mots : Transmission, Amitié/Rencontre, Excellence
    • En plat : Un paris-brest parce que c’est une des bases bien faite de la pâtisserie, douce et réconfortante des souvenirs d’antan.