A+ / A-

    Trajectoire d'anciens : Manon Fleury, une jeune femme aux talents multiples

    >> English version

    Le parcours de Manon Fleury est peu ordinaire : douée tout autant pour l’écriture que pour le sport et ayant le goût (déjà) pour tout ce qui relève du culinaire, elle devient championne de France de sabre junior, puis décide de suivre une année en hypokhâgne afin de devenir journaliste culinaire. Mais elle décide finalement de passer de l’autre côté et de suivre une formation en cuisine. 

    “Ce qui m’a motivé à faire de la cuisine ? Le goût pour les produits et le fait de créer”. C’est aussi son appétence pour les métiers très opérationnels et dans lesquels elle puisse jouer un rôle important qui a été déterminant dans son orientation.  Elle entame donc un BEP cuisine puis est orientée par William Ledeuil de Ze Kitchen Galerie, son chef à l’époque et poursuit en Bachelor Art Culinaires et Entrepreneuriat à FERRANDI Paris : “elle est réputée comme étant la meilleure école à Paris pour y apprendre la cuisine”. 
    Elle y passe trois ans riches de bons souvenirs : “Je me souviens particulièrement des cours de pratique le matin très tôt durant lequel le professeur prenait le temps de nous expliquer les recettes et les techniques qui allaient avec. Au-delà de la cuisine, c'était de beaux moments de transmission que nous avions avec la classe”. 

    Elle a encore de nombreux liens avec son ancienne école et ses professeurs et elle vient régulièrement faire des démonstrations pour les élèves : “je recrute souvent des stagiaires qui viennent de FERRANDI, je pense qu'il est important de garder ce lien de partage et de formation avec les prochaines générations”. C’est d’ailleurs ces liens fort, cette entraide et ce côté traditionnel qu’elle conserve de ses années du côté de la Rue de Rennes. 

    Durant ses stages, elle a travaillé dans des endroits prestigieux tels que L’ourcine à Paris, La Marine à Noirmoutier avec Alexandre Couillon ou L’astrance avec Pascal Barbot dans le 16ème arrondissement. Après avoir obtenu son diplôme, elle part à New-York pour rejoindre le restaurant Blue Hill Farm au concept farm-to-table avec le chef Dan Barber. Elle revient en France au bout d’un an avant d’exercer en tant que cheffe privée en Grèce pendant 2 mois. Retour ensuite à la capitale où elle devient sous-chef au Semilla, puis chef à l’ouverture du Mermoz ou elle restera 2 ans. Dorénavant, elle a pour ambition de monter son propre restaurant. 

    A 28 ans, elle est sacrée l’an passé « Jeune cheffe parisienne de l’année », un prix décerné par Elle à table. Cette reconnaissance ne lui fait pas oublier son attachement à contribuer à la parité au sein des équipes et à donner l’envie aux femmes d’accéder aux plus hautes responsabilités. Mais aussi sa volonté de lutter contre le gaspillage alimentaire. Des valeurs qu’elle tient à partager avec ses équipes.