A+ / A-

    Aura Garcia Anton, le goût des autres

    "Mon rêve était de faire médecine" souligne Aura. Rien ne la prédestinait en réalité aux métiers de l'hôtellerie. Malheureusement, la physique et la chimie sont des obstacles suffisants pour la dissuader de continuer dans cette voie. Elle retient cependant de ses stages effectués pendant ses années de lycée dans des services de pédiatrie et de maternité le goût du service, le goût des autres. Décision est prise de s'orienter vers les écoles hôtelières "pour donner le meilleur d'elle-même".

    Après un Bachelor, elle choisit d'intégrer le Master of Science Hotel management de FERRANDI Paris pour "compléter son expertise et aller dans une école d'excellence".

    Durant son Master, elle fait son stage au Peninsula dans l'événementiel et y prend goût, si bien qu'à sa sortie de l'école, elle décide de poursuivre dans cette voie et devient attachée commerciale pour les groupes et les événements à l'hôtel du Collectionneur.

    Ce qu'elle apprécie par-dessus tout, c'est d'obtenir des contrats : "Il y a une petite lumière qui s'allume quand on décroche un nouveau client", déclare Aura, l'œil malicieux. Dans son activité, elle utilise ce que lui ont appris ses professeurs à FERRANDI Paris, à savoir "la curiosité, la bienveillance et la vision à long terme".

    « La force des personnes qui ont suivi le Master en hôtellerie, c'est d'avoir une vision complète de l'ensemble des activités d'un hôtel et des postes, une approche opérationnelle mais aussi stratégique, ce qui nous permet d'avoir un profil très complet apprécié par les professionnels ». Elle retient de sa formation à FERRANDI Paris : "la grande qualité du programme avec un corps professoral de haut niveau qui nous a accompagné tout le long du cursus, une grande diversité de matières, un programme riche en apprentissage qui a tenu toutes ses promesses." Elle insiste sur le nécessaire investissement personnel : Il faut en vouloir, aller à fond, tout donner".  
    Selon elle, FERRANDI Paris ce ne sont pas que des cours et du travail : " Mon moment le plus riche en émotions, ce fût ma participation au concours Accor TakeOff pendant laquelle j'ai senti une mobilisation assez incroyable de l'ensemble des étudiants de l'école qui ont voté pour nous. Tout le monde était vraiment concerné par nos votes, y compris ceux en CAP pâtisserie qui nous ont donné des viennoiseries pour qu'on aille solliciter des votes dans le quartier, j'ai trouvé ça incroyable et génial".
    Ses rêves aujourd'hui sont partagés entre le schéma classique de monter les échelons en gagnant en expertise jusqu’à diriger son propre palace et celui d'avoir "mon petit mas en Provence ou au bord d'un lac, à taille humaine, que je dirigerai comme je l'entends".