A+ / A-

    Alain Cherlé, la polyvalence avant tout

    Alain fait son apprentissage en CAP charcuterie/traiteur au CEPROC et chez un artisan.  « Mon employeur cumulait la gestion d’une boutique et l’activité de réception. Cela m’a permis de voir les différents aspects du métier. A la sortie du CAP, j’ai immédiatement commencé ma vie professionnelle dans différentes maisons parisiennes ». 

    A 25 ans, Alain met sa carrière entre parenthèses pendant plusieurs mois pour reprendre ses études à temps plein : il décroche simultanément  le Brevet Professionnel et le Brevet de Maîtrise (BM) charcutier-traiteur. « J’avais compris qu’il me fallait enrichir mes compétences, obtenir davantage de diplômes pour pouvoir évoluer. J’ai fait l’effort de me remettre à fond dans les études, aujourd’hui encore je ne le regrette pas». 

    Avec son épouse, direction la Normandie où ils reprennent une affaire qu’ils vont dynamiser  en la repositionnant sur une offre plus qualitative. « Partis de presque rien, pendant sept ans, nous avons développé l’entreprise. Une période extraordinaire pour nous : un entrepreneur doit tout gérer, c’est varié, pas le temps de s’ennuyer, même si les heures s’accumulent parfois lourdement ». Pour pouvoir consacrer plus de temps à leur fille, le couple décide de vendre l’entreprise. Mais loin de connaître la morosité, direction New York City  afin de créer une nouvelle activité traiteur au sein de la brasserie Les Halles, basée sur Park Avenue. « Pendant un an, une superbe expérience, nous faisions découvrir aux New Yorkais médusés,  la découpe du bœuf à la française, l’andouillette, le pâté croute, le fromage de tête, le boudin…Les expatriés, nombreux à New York, étaient tellement ravis de retrouver de bons produits bien de chez eux ». De retour en France, Alain ne se voit pas retourner dans la production, comme simple salarié. 
    Après réflexion, il postule avec succès chez FERRANDI Paris. « J’avais l’habitude d’encadrer des équipes, de former des jeunes. Grâce à mon BM, j’avais le niveau d’études pour enseigner en CFA. Depuis, j’aime tellement mon métier d’enseignant que je viens de fêter mes 20 ans dans l’école ». 
    Alain est devenu responsable de la Mention Complémentaire (MC)  traiteur. Sous un abord toujours jovial, il n’en est pas moins un professionnel exigeant. Il aime transmettre son métier et les élèves le ressentent bien. « En MC, je forme aux spécificités du métier de traiteur des jeunes (cuisiniers, pâtissiers, boulangers) qui ont déjà de bonnes bases dans nos métiers de la gastronomie. Je leur apporte un complément de compétences qui leur sera toujours utile, qu’ils se spécialisent en traiteur ou qu’ils restent dans leur domaine initial. Aujourd’hui, l’activité traiteur complète très souvent les ventes des boulangeries et pâtisseries mais aussi des restaurants avec l’essor des livraisons à emporter. » Alain a insufflé différentes nouveautés dans cette formation. Au-delà du référentiel du diplôme, il propose 12 modules complémentaires. « Peu d’école comme FERRANDI Paris permettent à leurs élèves, en plus du programme officiel, d’assister à des ateliers pratiques d’art de la table, de composition florale, de sculpture de glace… Ces moyens mis en place font la différence». Il prône, en permanence, la polyvalence.  «J’ai moi-même fait plusieurs métiers, les jeunes changeront de plus en plus de jobs et de secteurs. La formation est indispensable pour être polyvalent et savoir rebondir tout au long de sa carrière ».