Actualité

Imprimer cette page Texte plus petit Texte plus grand
18/04/2013
FERRANDI organise la première épreuve du Concours Ollivier Roellinger 2013

Concours culinaire national, co-fondé par FERRANDI et Seaweb, destiné aux jeunes chefs et futurs professionnels de la restauration, engagés pour la préservation des ressources aquatiques.

Voir les photos sur la page Facebook de FERRANDI

Co-fondé par FERRANDI et SeaWeb, la deuxième édition de ce concours est organisée en partenariat avec le lycée hôtelier de Dinard et l’association Relais et Châteaux et est soutenue par Prorestel, MSC, OSO, VLIZ, le CIPA et l’association Pêcheurs de Bretagne.

Cette initiative vise à concilier gastronomie et sensibilisation de la jeune génération de chefs cuisiniers à la préservation des ressources de la mer et de l’environnement.

 

Les 9 candidats « élèves » qui ont concouru ce 8 avril :

  • Bastien Amiard du Lycée Robert Buron à Laval,
  • Déborah Derieux de l’école hôtelière d’Avignon,
  • Romain Gosselin du CIFAM de Sainte Luce sur Loire,
  • François Hervé du Lycée hôtelier de Dinard,
  • Hugo Le Cordroch du Lycée hôtelier de Dinard,
  • Florian Leroy du Lycée Georges Baptiste de Canteleu,
  • Léa Parageault du Lycée Paul Augier de Nice,
  • Dylan Orieult du Lycée hôtelier Maurice Marland de Granville et
  • Quentin Rousseau du lycée hôtelier Maurice Marland de Granville.

 

Le jury production était composé de Germain Barbier, second de cuisine à l'Epi Dupin, Stéphane Jakic, professeur de cuisine, FERRANDI et Gérard Marquoin, chef de cuisine, président du concours Meilleur Apprenti d'Europe.

 

Jury du menu gastronomique (de gauche à droite) :
François Pasteau, l'Epi Dupin ; Christian Decugis, pêcheur professionnel ; Olivier Roellinger, Maisons de Bricourt ; Véronique Lefebvre, CCI St Malo - Fougères ; Michel Mouisel, FERRANDI

 

Jury du menu maison (de gauche à droite) :
Joël Cesari, La Chaumière ; Elisabeth Vallet, SeaWeb ; André Eslan, Maisons de Bricourt ; Stéphane Minot, Créteil Marée ; Jean-Luc Fessard, l'Hôtellerie-Restauration

 

Des recettes durables et un message qui marque les esprits pour longtemps

Le 8 avril à FERRANDI, venus de toute la France, neuf candidats ont présenté deux recettes de leur composition devant un jury de professionnels présidé par Olivier Roellinger, chef étoilé des Maisons de Bricourt à Cancale et vice-président de l’association Relais & Châteaux. Ils ont ensuite expliqué aux membres du jury le choix des espèces qu’ils ont travaillées pour ce concours et sur quels critères de durabilité ils se sont approvisionnés.

Ce challenge leur a demandé créativité et compétences techniques en cuisine mais également une réflexion importante quant au choix de produits de la mer.

Face au succès de la journée, l’objectif est atteint pour Olivier Roellinger, parrain du concours et président de son jury : “Pour ces futurs chefs, passer une commande de poisson n’est plus seulement une question de prix ou de fraîcheur mais aussi une réflexion sur la préservation de certaines espèces menacées et la mise en valeur d’autres espèces dont les stocks sont en bon état et qui méritent d’être mieux connues”.

D’autant plus que le message porté par le concours s’inscrit dans les esprits et dans les pratiques des participants au concours de façon… durable ! “Les lauréats de la première édition du concours sont devenus de véritables ambassadeurs de la cause auprès de leur établissement, leurs collègues ou leurs clients. Ils nous écrivent pour rester informés sur l’état des ressources halieutiques et diffusent ces informations autour d’eux. Nous sommes ravis de voir que cette initiative contribue à sensibiliser la jeune génération de cuisiniers, qui sont des prescripteurs clés”, rapporte Elisabeth Vallet, Directrice Europe de SeaWeb.

 

Une initiative génératrice d’engagements

Michel Mouisel, responsable du Développement International à FERRANDI ajoute : “En tant que co-fondateur du concours, FERRANDI est très impliqué dans cette démarche et a décidé de s’engager de façon très concrête. L’école a signé une charte d’approvisionnement durable en produits de la mer en décembre 2012 et ces notions sont désormais intégrées aux enseignements. En tant que formateurs, nous nous devons d’accompagner la future génération pour associer cuisine et respect de l’environnement. Les élèves sont d’ailleurs très réceptifs à ces messages d’avenir. Le Concours Olivier Roellinger est donc un formidable vecteur de communication qui responsabilise aussi bien les élèves et jeunes chefs candidats, leurs enseignants, leurs parents et donc les consommateurs ».

En effet, au vu de la qualité des prestations des candidats de la deuxième édition du Concours Olivier Roellinger, les professionnels de la restauration de demain se sentent très concernés par la préservation des océans : « Je crois que nous avons un rôle à jouer pour que nous puissions encore manger du poisson dans quelques années. Pourquoi toujours manger les mêmes espèces ? Plus tard, dans mon restaurant, je n’hésiterai pas à servir des poissons considérés comme moins nobles pour surprendre les clients et leur montrer qu’on peut se régaler aussi avec du lieu jaune, du tacaudou du grondin , entre autres ». Paroles de candidats.

Rendez-vous à Dinard puis à Bruxelles pour le palmarès !

 

> Retour au fil d'ACTUALITE